Les planorbes rebelles #2

 » Nous allons remercier l’autre pour son existence. Le remercier pour les enseignements que sa rébellion et sa résistance nous ont donnés. Pour livrer la fleur promise. Embrasser l’autre et lui dire à l’oreille qu’il n’est pas seul, seul, seul. Lui murmurer que cela vaut la peine de résister, de lutter, de souffrir pour ceux qui ne sont plus là, d’avoir la rage que le criminel soit impuni, de rêver d’un monde non pas parfait, mais meilleur : un monde sans peur. Et aussi, et surtout, nous allons chercher la complicité… à vie. « 

La Travesía por la Vida: ¿A QUÉ VAMOS ?

Tout s’accélère ! Cette semaine après avoir pris quelques jours de repos, l’Escadron 421 a quitté Vigo. Aux dernières nouvelles, une première vague , composée de 150 zapatistes doit arriver à Paris vers la mi-juillet.  Ces compas visiteront 5 pays, dont la Belgique, pendant trois mois. Cette vague ne sera pas seule, elle sera suivie par d’autres vagues zapatistes déferlant sur l’Europe. L’objectif de la délégation maritime est maintenant d’aller accueillir la délégation aéroportée. Entre-temps et puisqu’elles et ils avaient un peu de temps, les membres de l’Escadron 421 ont décidé de passer par quatre villes espagnoles avant d’arriver en France.

Complications avec les passeports

Le dernier communiqué, paru le 27 juin,  explique comment les zapatistes, quand iels se préparent à faire quelque chose, « s’attendent toujours au pire » : « Nous nous sommes préparé.es à ne pas être accueillis […], nous nous préparons à ce que les mauvais gouvernements, des deux côtés, empêchent ou entravent notre départ et notre arrivée. » Sur ce point, Andrés Manuel Lopéz Obrador, après que certain.es zapatistes se sont vu.es refuser leur passeport pour partir en Europe, a déclaré : 

      » J’ai déjà donné instruction au Secrétaire des Relations Extérieures d’examiner pourquoi les passeports ne leur ont pas été remis et de s’en occuper immédiatement, sans empêcher quiconque, et encore moins nos frères et sœurs indigènes, de pouvoir quitter le pays. Mais indépendamment de ce qui s’est passé, si une erreur a été commise, elle sera résolue pour qu’iels aient la possibilité de voyager sans problème, pour qu’iels puissent être aidé.es et facilité.es. Parce que nous ne sommes pas autoritaires. Nous ne sommes pas anti-démocratiques. Nous sommes respectueux des libertés pour tous/toutes. »

     Une déclaration non dénuée d’hypocrisie quand on sait que depuis l’élection d’AMLO, la militarisation du Chiapas s’est accélérée, tout comme la réalisation de projets mettant en péril l’habitat des compas. C’est le cas du « train Maya », un réseau ferré touristique qui passe notamment par le Chiapas.

     Les compas se préparent également « à ce que la mission échoue, c’est-à-dire à ce qu’elle devienne un événement médiatique, donc éphémère et sans conséquence ». Sup Galeano poursuit : « C’est pourquoi nous acceptons avant tout les invitations de ceux/celles qui veulent écouter et parler, c’est-à-dire discuter.  Car notre objectif principal n’est pas l’organisation d’événements massifs – bien que nous ne les excluions pas -, mais l’échange d’histoires, de connaissances, de sentiments, d’évaluations, de défis, d’échecs et de réussites. » 

La Mission de l’Escadron 421

Première étape de la deuxième partie de leur mission : Merida en Extremadura

Le 30 juin, une centaine de militant/e/s et activistes de Merida et des environs se rassemblait devant la gare pour accueillir la délégation à sa sortie du train. Les zapatistes sont apparus vêtus de leurs costumes habituels, mais cette fois avec des masques pour cacher leurs visages au lieu de cagoules. 

Après la réception, un défilé a commencé dans le centre de Mérida. De plus en plus de personnes se sont jointes à eux jusqu’à ce qu’ils atteignent la Plaza de Santa María, la présentation de la tournée a eu lieu. À ce moment, plus de deux cents personnes remplissaient déjà la place, dont certaines venaient du Portugal, malgré le court délai de l’appel qui avait été rendu public la veille.

L’événement a été introduit par 2 clowns. Ensuite, les groupes qui ont participé à l’organisation ont été présentés. Enfin, cela a été le tour des zapatistes, qui se sont présentés à leur tour, un par un, parfois dans leur langue, depuis la petite scène de la place tout en recevant des applaudissements chaleureux pour chaque intervention. La rencontre s’est conclue par un moment pour la danse et la musique et la poésie. 

Ce samedi, C’était le tour de Madrid.  C’était aussi une journée très importante pour le RAZB. Non seulement la matinée avait été consacrée à notre quatrième assemblée au cours de laquelle nous avons pu constater à quel point notre projet se précise. L’après-midi , c’était le tour de la Fiesta Zapatista, tant attendue. Organisé à l’Accroche par Mala Hierba, cet événement était très important pour le RAZB, vu que c’était le premier événement public à Bruxelles pour présenter la Gira por la vida

Tandis qu’un petit marché de créateurs engagés s ‘était installé d’un côté et la bouquinerie nomade d’un autre, la boutique du RAZB proposait sa marchandise solidaire, notamment les nouvelles affiches, fraîchement arrivées du Mexique. Un peu plus loin, dans un autre espace,  différents collectifs motivés par la tournée et qui ont décidé de s’investir dans la préparation des rencontres, proposaient des discussions tout au long de l’après-midi. On a pu entendre XRqueerfeminist, les Bruxelles Panthères , les Brigades d’Action Paysannes ainsi que Occupons le Terrain. Après quoi la fête a pris le dessus avec l’excellent concert de Pega, suivi du set fantastique  des Dj Cumbieros,  et de la performance incroyable de Mikamayonaise, sans oublier les Flash Tattoos par Mobiyurl .

Pendant ce temps là à Madrid, L’Escadron 421 a d’abord été reçu au Teatro del Barrio au milieu des acclamations et des applaudissements. L’évènement, accessible via réservation, était limité à mille personne. Il n’avait fallu que quelques minutes pour que toutes les places soient réservées. Vu l’enthousiasme déclenché par l’arrivée des 7 compas, la coordination madrilène s’est dépêchée d’organiser un autre rendez-vous à la suite de la rencontre au théâtre. Cela a pris la forme d’une petite cérémonie d’au revoir sur Plaza de Arturo Barea, dans le quartier Lavapies, et au cours de laquelle les gens de Madrid leur ont souhaité un bon voyage tandis que les compas, qui ne cachaient pas leur émotion, promettaient de revenir très vite.

Le lundi 5 juillet, l’Escadron 421 était à Valencia et le mardi 6 juillet, il à Barcelone.

La tournée zapatiste continuait de recueillir le soutien et de forcer l’admiration de centaines de personnes. Le rendez-vous valencien était fixé sur la plaza de la Virgen où les membres de la Xarxa Solidària Gira per la Vida País Valencià avaient organisé la rencontre. Le lendemain à Barcelone, le rendez-vous donné par l’Assemblea catalana de suport a la Gira Zapatista 2021 avait été fixé à côté de la statue de Christophe Colomb à Barcelone, un lieu choisi pour son symbolisme évident. Sous une chaleur intense, et après une présentation de la tournée, le cortège formé par des manifestants et des membres de l’escadron 241 de l’armée zapatiste de libération nationale, a longé les Ramblas de Barcelone jusqu’à la Plaza de Catalunya, où ont eu lieu des interventions politiques – avec une forte critique du racisme institutionnel – et des performances musicales.

Ensuite, les compas doivent traverser leur première frontière pour se rendre à Toulouse, dernière étape avant Paris, ou nous irons les accueillir et préparer avec eux l’arrivée du reste de la délégation de la Gira por la Vida.

Pour conclure ce numéro #2,  quelques mercis…. Merci à tous les artistes qui ont participé à la Fiesta Zapatista. Merci à l’Accroche pour son accueil.  Merci aussi aux collectifs présents ainsi qu’à Malahierba pour son organisation presque parfaite. Le succès de cette première fête de présentation à Bruxelles est très encourageant pour la suite.

Toi aussi, tu es motivé/e par le projet zapatiste d’invasion consensuelle de l’Europe ? Nous avons besoin de ton d’aide.  La Gira Zapatista a besoin de toi . si tu veux participer à la préparation de ces moments d’échanges, de danse, de musique, d’art, … tu es la/e bienvenu/e.

Un petit mail à razb [at] viajazapatista.be et c’est parti.

Tags: No tags

Comments are closed.